Freeworker sur la route : Petzl RopeTrip 2018

Il y a six ans, Petzl a créé le RopeTrip, un événement international pour les cordistes. Entre-temps, il est considéré dans la scène comme un championnat du monde non officiel. En plus de la compétition, il s’agit aussi d’un échange mondial de connaissances et de techniques dans le domaine de la grimpe sur corde – similaire aux championnats nationaux et internationaux des arboristes-grimpeurs. Plusieurs équipes du monde entier se réunissent tous les deux ans pour démontrer leur talent et leurs compétences dans diverses disciplines.

C’est une première que Petzl choisisse l’Allemagne comme lieu de déroulement de la quatrième édition de RopeTrip. Les organisateurs ont ouvert le camp de base du 7 au 9 juin dans une aciérie désaffectée qui a entre-temps été transformée en parc paysager (anglais) et monument industriel par la ville de Duisburg. L’activité de grimpe industrielle rencontre le charme rouillé de la région de la Ruhr où elle est relativement jeune.

 

Grand intérêt pour le Petzl RopeTrip

Afin que personne n’ait à grimper dans la nuit, le nombre de participants est limité à 40 équipes de trois personnes chacune. En deux jours, les quelques places de départ ont été réservées par des équipes du monde entier. Certaines équipes se sont qualifiées pour les préliminaires nationaux. Que vous veniez d’Europe, d’Asie ou d’Amérique du Sud et du Nord, le Petzl RopeTrip est une destination populaire pour les grimpeurs industriels. Les grimpeurs de différentes nations peuvent également se joindre à une équipe. Pour la première fois, il y avait une équipe féminine en 2018.

L’événement est construit à partir d’une pré-ronde avec quatre stations. Chaque membre de l’équipe grimpe seul à trois stations. Les conseils utiles par les autres membres de l’équipe sont bien sûr autorisés. La quatrième station est grimpée par tous les membres de l’équipe et les points sont attribués pour leur performance commune. Comme les stations sont toutes exigeantes et prennent beaucoup de temps, les préliminaires s’étendent sur trois jours. À la fin de la dernière journée, les quatre meilleures équipes participeront à la demi-finale. Les deux équipes restantes déterminent le vainqueur de la grande finale.

De plus, le Petzl RopeTrip propose un parcours de grimpe au cours duquel les grimpeurs les plus rapides sont déterminés. Les plus rapides étaient Dimitriy Nabatchikov (Russie) et Cintia Gobo (Brésil). Comme dans les autres compétitions de grimpe, il y a le fameux contrôle du matériel avant la compétition. De plus, tous les participants doivent démontrer dans un court test d’habileté qu’ils peuvent réussir l’ensemble des disciplines. Un symposium avec divers conférenciers et sujets liés à la technique de l’accès par corde accompagne les compétitions sportives.

Ne renversez rien – le Water Bucket Challenge

La station la plus spectaculaire de Duisburg était le Water Bucket Challenge. Le grimpeur a pris un seau d’eau plein, qui était attaché à son harnais à l’aide d’une corde, sur un parcours exigeant. A Duisburg, son point culminant était au sommet d’un four de 70 mètres de haut. Ensuite, les grimpeurs ont parcouru une traversée jusqu’au bâtiment voisin et de là jusqu’au départ.

Le but est de perdre le moins d’eau possible lors de la course. Mais attention, le temps est limité. Après 20 minutes de grimpe, seulement 140 millilitres de douze litres d’eau s’étaient déversés du sceau du vainqueur Antoine Quidoz de France.

 

Le mélange parfait entre la précision, la propreté et la vitesse était nécessaire. Les participants ne flottaient pas constamment sur la corde – ils devaient aussi grimper par-dessus des échelles, des tubes ou d’autres obstacles. Comme le four à grimper est maintenant une tour d’observation, les visiteurs et les participants ont pu observer les grimpeurs de près.

Déversement ciblé – dans la trémie de charbon

L’ancien bunker à charbon de l’aciérie et aujourd’hui un parc de grimpe pour les sportifs amateurs était le paysage d’une autre station. Le positionnement ciblé d’un objet dans l’espace au moyen de différents systèmes de traction par corde est directement adapté au travail quotidien du grimpeur industriel. Toutes les tâches du Petzl RopeTrip sont adaptées à la vie quotidienne des grimpeurs professionnels.

Après avoir rempli un tonneau de fer avec suffisamment de gravillon, le grimpeur est entré dans le mur. Il accrochait les cordes avec lesquelles il devait manœuvrer et vider la tonne de 70 à 80 kilogrammes par un détour vers la cible. Seul le gravillon, qui a pénétré par un petit trou dans la zone d’arrivée, a compté pour le classement. Les balances montraient presque 69 kilos pour le meilleur de la station, Dimitriy Nabatchikov de Russie. D’autres participants ont également atteint des valeurs similaires.

 

Un crocodile géant et un billard bien au-dessus

Une traversée rapide et sûre était la devise de la station « Crocodile », une vieille grue de chargement gigantesque. Comme dans les autres stations du Petzl RopeTrip, deux participants ont grimpé en parallèle. Après l’ascension jusqu’à l’ancien fer à repasser, il était nécessaire de remonter le chemin d’environ 20 mètres en dessous du balancier sur des boucles et des torons de corde jusqu’à la descente. Pour le grimpeur, cela signifiait changer constamment la corde, se balancer jusqu’à la corde suivante, estimer les distances et remonter brièvement. Le temps s’est arrêté lorsque le sol a été atteint. Le plus rapide – Mikhail Rafikov de Russie – a pris 7:19 minutes.

Directement au camp de base sous le toit de l’ancienne baie de coulée était la seule station que les équipes ont grimpé ensemble. Les experts français, qui avaient auparavant installé toutes les stations des Petzl RopeTrips, avaient tiré deux tables de billard jusqu’à 10 mètres. La tâche pour les équipes : toutes les palets (les « tables » étaient trop bancales pour les boules) doivent être empochés. Cela signifiait grimper rapidement et se repositionner encore et encore et encore avec des cordes pour que les 15 palets puissent être coulé proprement avec la queue. Le temps limite de 45 minutes, qui paraissait au départ comme beaucoup de temps, était encore trop serré pour beaucoup d’équipes. Seulement sept équipes ont réussi à couler tous les palets.

 

La demi-finale cruciale

Après que tous les grimpeurs ou les équipes ont terminé chaque station une fois, les participants de la demi-finale ont été déterminés. Deux équipes de Russie et une équipe du Canada et une équipe de France ont marqué le plus de points. Les équipes allemandes ont terminé en 19e, 28e et 31e places, la seule équipe autrichienne s’est classée 18e et les équipes suisses 21e et 27e.

Un cadre en acier rouillé avec une éolienne au sommet était la scène de la demi-finale. En guise de scénario, les organisateurs ont choisi de sauver trois personnes blessées dans des situations différentes. Dans la douce ambiance de la lumière du soir, deux équipes sont sorties en même temps. Celui qui a eu les trois blessures au sol en premier était en finale.

 

Dans la première demi-finale, l’équipe française Astros’s s’est clairement imposée face à Evpator Moscou. Mais une grave erreur – un Français a été retenu simplement pendant deux secondes – signifiait la disqualification. La deuxième demi-finale entre RAT du Canada et JEDI de Russie est allée aux Nord-Américains.

Les vainqueurs russes de la première demi-finale ont cependant renoncé à la finale en raison des circonstances de la victoire. Après de longues discussions, le jury et les quatre équipes de demi-finale ont décidé que les vainqueurs de la deuxième demi-finale – Team RAT – sont les vainqueurs du Petzl RopeTrip 2018. À la fin, une finale de spectacle a suivi, à laquelle les quatre demi-finalistes ont participé et ont travaillé ensemble en deux équipes. Dans la grande salle, où la grande fête a commencé par la suite, les équipes de 6 personnes ont complètement démantelé les deux tables de billard en quelques minutes.

Trois personnes avec des drapeaux canadiens lèvent un trophée.

Les gagnants du Petzl RopeTrip 2018 : RAT du Canada. © Petzl / Lafouche

 

Le Petzl RopeTrip – un voyage enrichissant !

Un regard au-delà de son propre nez est rarement nocif. Même si les grimpeurs industriels et les arboristes-grimpeurs sont parfois très éloignés les uns des autres dans leurs techniques et leurs tâches respectives, un regard sur leurs collègues peut quand même être un avantage. Parmi les 120 grimpeurs, il y avait au moins un arboriste-grimpeur allemand qui s’est fixé la tâche. Et dans le public, l’un ou l’autre spectateur intéressé avec un « fond vert de grimpe » pourrait être reconnu. Même si le Petzl RopeTrip 2020 n’aura probablement pas lieu en Allemagne, l’événement – que ce soit en tant que spectateur ou participant – est certainement intéressant pour les arboristes. Comme mentionné, un regard hors de la cime de l’arbre ne peut pas faire mal.

Teile diesen Beitrag:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *